Écriture Paris

 

L'écriture au temps du confinement

En ces temps de confinement généralisé, je reçois énormément de messages, par divers canaux, de parents me demandant des conseils pour aider les enfants à bien tenir leur crayon ou à bien tracer leurs lettres. De nature optimiste, j'espérais que l'école ne serait fermée que pour une quinzaine de jours et je conseillais surtout de jouer avec les enfants et d'attendre que l'école reprenne.

Force m'est de constater que la reprise de l'école au mois de mai est en train de basculer dans le domaine du rêve. Je m'attelle donc à répondre collectivement à toutes les personnes qui m'ont demandé de l'aide pour faire écrire leurs enfants pendant le confinement.

 

Dès la Petite et la Moyenne Sections

Pas d'apprentissage réel de l'écriture

Les enfants de Petite Section et de Moyenne Section ne sont pas censés apprendre à écrire. C'est la première chose à avoir en tête. Les programmes de l'Éducation nationale ne prévoient pas d'apprentissage de l'écriture avant la Grande Section.

Certaines enseignants font le choix d'apprendre les capitales d'imprimerie à leurs élèves, mais les programmes précisent que "L’écriture en capitales, plus facile graphiquement, ne fait pas l’objet d’un enseignement systématique". Cela veut dire qu'on n'attend pas de votre enfant, en fin de Moyenne Section, qu'il sache écrire en "lettres bâtons" (capitales d'imprimerie).

La première chose à faire, avec vos enfants de 3 ans 1/2 à 5 ans 1/2, c'est donc de ne pas vous stresser : les apprentissages peuvent avoir lieu plus tard sans dommage. N'oublions pas que jusqu'à la rentrée dernière l'instruction n'était obligatoire qu'à partir de l'âge de 6 ans et que l'école maternelle n'existe pas dans de nombreux pays du monde ! La France a de la chance d'avoir une excellente école maternelle et elle peut s'enorgueillir d'y accueillir presque tous les jeunes enfants. Mais manquer un trimestre d'école ne mettra pas en péril le reste de leur scolarité.

Si vous voulez utiliser profitablement le temps du confinement avec vos enfants de PS et de MS, voici quelques pistes.

Beaucoup de motricité fine

Le tout premier conseil, c'est de faire travailler aux enfants leur motricité fine, c'est-à-dire l'habileté de leurs doigts ainsi que la coordination de leurs mains et de leurs yeux. Avec le confinement et les cours en ligne, les enfants passent beaucoup plus de temps que d'habitude devant des écrans, par la force des choses. Pour contrebalancer cela, le mieux est de leur faire faire le plus possible de travaux manuels. Je suis à chaque fois épatée par les progrès que les enfants font en graphisme et écriture quand ils ont exercé leurs doigts en faisant tout autre chose ! Quelques idées :

- modeler. On peut utiliser de la pâte à modeler ou fabriquer de la pâte à sel : mélanger 2 verres de farine avec 1 verre de sel fin et 1 verre d’eau tiède. Bien pétrir. Cette pâte est bon marché et sans danger. Pour la conserver, enveloppez-la dans du plastique et gardez-la au frais. Pour la cuire, mettez-la longtemps à four très doux. Les sculptures en pâte à sel peuvent facilement ensuite se peindre et / ou se vernir si vous souhaitez les conserver.

- tisser. On peut tisser très facilement du papier : l’adulte prend une feuille de couleur et coupe (au cutter ou au couteau) des traits parallèles, sans aller jusqu’au bout. Puis l’enfant prend des bandes de papier et passe dessus / dessous / dessus / dessous…

tissage

- cuisiner. Votre enfant apprendra beaucoup en vous aidant à faire de la cuisine ou de la pâtisserie. Laissez-le mettre, littéralement, la main à la pâte ! Il peut malaxer, mélanger, mais aussi disposer les quartiers de pomme pour la tarte, passer de l'œuf au pinceau pour dorer les feuilletés ou décorer artistement le plat avec du persil avant de servir. Il y a mille recettes pour enfants en ligne, si vous manquez d'idées - y compris des tas de possibilités de faire des plats rigolos, comme ici sur enfant.com.

7272 des recettes rigolotes qui vont lepater

- enfiler des perles. Vous avez stocké des pâtes ? Prenez quelques macaronis courts, des penne ou autres pâtes creuses. Faites-les peindre de toutes les couleurs, puis laissez sécher. Avec un morceau de laine, votre enfant pourra s’entraîner à les enfiler pour réaliser un magnifique collier de nouilles. Avantage : vous pourrez sans aucun état d'âme le porter à la maison pendant le confinement ! Cet exercice est excellent pour la coordination main-œil.

- jouer à la bataille de pouces. Avant-bras posés sur la table, face à face, défiez votre enfant à la bataille de pouces. Le premier qui a cinq points gagne ! Attention : si le pouce est sur le dessus mais tendu, c’est perdu. Il faut avoir le pouce bien plié pour gagner.

bataille pouces

Ce ne sont là que quelques idées, mais il y a énormément de travaux manuels que l'on peut faire avec les enfants. La moindre boîte à chaussures peut être transformée en maison de poupées en y découpant portes et fenêtres, puis en ajoutant des meubles découpés en carton dans le couvercle. Les moindres bouts de tissus peuvent servir à créer des vêtements pour les poupées ou les personnages. Les tubes de papier toilette sont une source infinie de créations !

 

papillon PQ

Dessin et dictée à l'adulte

Quelques feuilles, des crayons de couleurs (je préfère les crayons de couleurs aux feutres, même si les enfants les adorent, car ils permettent de faire des nuances selon la pression), et c'est prêt : votre enfant peut dessiner.

Vous pouvez facilement créer à la maison un petit rituel quotidien que je recommande souvent aux enseignants : le dessin du jour, avec dictée à l'adulte. C'est très simple : il suffit de donner une feuille de papier, pas trop grande de préférence (un demi-A4 suffit) à votre enfant et de lui proposer de faire le dessin du jour. Il dessine ce qu'il veut. Comme il n'aura qu'une seule feuille pour ce dessin du jour, il ne peut pas faire juste un trait ou deux et passer à la feuille suivante - ce qu'ont souvent tendance à faire les plus jeunes enfants.

Une fois le dessin terminé, vous demandez à votre enfant ce qu'il a dessiné. Puis vous écrivez, sous sa dictée, ce qu'il vous dit. Selon l'âge de votre enfant et la manière dont il s'exprime, vous aurez peut-être besoin de reformuler un peu. Par exemple, s'il vous dit "est Tom, fait boggan" vous pouvez lui dire : "J'écris Tom fait du toboggan". Souvent, avec les élèves de PS, le dessin n'est pas directement interprétable sans l'explication de l'enfant.

flamant

Lena, PS, janvier 2020, classe de Phi

 

Il est très intéressant aussi que vous écriviez en disant ce que vous écrivez à voix haute. L'enfant ne sait pas encore comment fonctionne le système de l'écriture. Si vous pronconcez, au fur et à mesure,tout ce que vous écrivez, il comprendra que l'écriture se déroule moins vite que la parole. S'il vous dicte une longue phrase, vous pouvez lui dire "Attends, là, je n'ai pas fini d'écrire. Regarde, j'ai écrit C'est un magicien qui vole dans le ciel. Maintenant, il faut encore que j'écrive sur un cheval avec des ailes.

 

licorne

Lena, PS, janvier 2020, classe de Phi

 

Comme on le voit avec les deux exemples de dessins de Lena ci-dessus, les enfants font des progrès rapides en s'entraînant à dessiner tous les jours. Comme ils savent que l'adulte va leur demander ce qu'ils ont dessiné et le prendre suffisamment au sérieux pour l'écrire, ils s'appliquent de plus en plus à représenter ce qu'ils ont en tête. On voit ainsi le dessin devenir de plus en plus figuratif.

Cette activité est intéressante aussi car elle permet aux enfants de découvrir la permanence de l'écrit. Imaginons que Lena regarde son dessin du 10 janvier et dise "C'est une maison". L'adulte lui dira alors "Mais non, c'est un flamant rose, regarde c'est écrit là".

Si vous vous intéressez à la question du dessin de l'enfant en maternelle, lisez cet excellent article de Phi : "Le dessin, la maternelle et la liberté".

 

La tenue du crayon

La tenue du crayon gagne à être travaillée dès les premières années de maternelle. En effet, c'est le moment où les enfants prennent des automatismes et il est ensuite difficile - mais pas impossible - d'en changer. Plus que de travailler sur les formes des lettres - qui attendront bien quelques semaines, voire quelques mois - il est intéressant d'aider les enfants à acquérir de bonnes habitudes de tenue du crayon.

La première chose que vous pouvez faire est de dessiner des points sur la main de votre enfant, aux deux endroits où le crayon doit être en contact avec les doigts : sur la pulpe du pouce et sur le côté de la dernière phalange du majeur.

 

PointsBleusGauchère

points sur les doigts - enfant gaucher

points bleus

points sur les doigts - enfant droitier

 

Une fois ces points marqués, vous pouvez chanter avec votre enfant une comptine parlant de sonnette ou de clochette pour faire "ding, dong" quand les points bleus se rencontrent. Ainsi, votre enfant s'habituera à cette manière particulière de positionner sa main. Isabelle Godefroy, graphopédagogue qui a longtemps enseigné en maternelle, présente deux comptines adaptées sur son site Écriture mode d'emploi.

Ces jeux doivent être faits souvent pour être efficaces. Le but n'est pas d'aller à toute vitesse, mais de donner des habitudes à votre enfant, progressivement. N'oubliez jamais que c'est la répétition qui lui permettra d'automatiser son geste. Et les jeunes enfants ne se lassent guère de répéter les mêmes gestes et les mêmes comptines. Ce sont les adultes, bien souvent, qui auraient envie de plus de variété !

Une fois que votre enfant aura bien "senti" la position des points, vous pouvez lui ajouter un crayon dans les doigts. Le corps du crayon doit être posé dans le "hamac à crayon", c'est-à-dire la peau tendue entre le pouce et l'index. Ensuite, la partie proche de la mine est posée sur le point du majeur et tenue avec le point du pouce. L'index ne participe pas à cette prise de crayon dans un premier temps : on peut lever le doigt avec le crayon, comme pour appeler la maîtresse.

 

tenue crayon droitière

Élève de maternelle tenant son crayon tout en levant le doigt

 

Ensuite, vous pouvez demander à votre enfant de poser son avant-bras, puis de poser souplement son index sur le crayon. Il aura ainsi une tenue de crayon efficace. Lorsqu'il dessine, s'il adopte une tenue du crayon différente, vous pouvez essayer de la rectifier en douceur, sans le braquer. De la même manière que lorsqu'il parle, si son expression est encore maladroite, vous rectifiez parfois (mais pas toujours, pour ne pas le décourager) ce qu'il dit, de même vous pouvez, de temps en temps, lorsqu'il dessine, lui rappeler que le crayon peut être posé sur les points. Si, en parallèle, vous travaillez la motricité fine et les comptines de tenue du crayon tous les jours, les choses devraient s'améliorer en quelques semaines.

Il ne faut pas oublier que cette tenue du crayon - tridigitale, avec appui sur le majeur et pouce qui donne l'impulsion du mouvement - n'est efficace que si c'est effectivement le pouce qui bouge et qui entraîne le crayon. On peut essayer de faire avec les enfants le geste de la fléchette pour les habituer à bouger leur pouce. Mais cela ne sera efficace que si la motricité fine a été bien entraînée auparavant.

 

 

En plus, pour les élèves de Grande Section

Si votre enfant est en Grande Section de maternelle, je vous conseille tout d'abord de lire tous les conseils ci-dessus. En effet, tout ce qui y est dit - motricité fine, comptines, travail sur la tenue du crayon - est à continuer absolument en Grande Section. Tous les exercices sont en fait valables pour l'ensemble de la maternelle et au-delà.

La toute première recommandation est donc de multiplier les travaux manuels et les jeux de doigts. Vous pouvez y ajouter des exercices systématiques de gym des doigts, qui sont à la fois une occasion de délier les doigts, d'apprendre à dissocier leurs mouvements et, si vous les faites en disant le nom des doigts, de les mémoriser. Pour le piano plat, par exemple, vous pouvez commencer par le faire un doigt après l'autre dans l'ordre, puis faire refaire l'exercice dans un ordre aléatoire : "pouce ! majeur ! index ! auriculaire ! pouce ! annulaire ! etc."

 

Tenue du crayon

En Grande Section, les élèves devraient à peu près avoir commencé à aborder l'écriture cursive peu avant que l'école se soit arrêtée brutalement. Il peut donc être intéressant, pour ne pas laisser perdre cet apprentissage, de le continuer à la maison si vous êtes à l'aise avec ce travail. Là encore, chi va piano, va sano e va lontano1.

Le travail préparatoire à la tenue du crayon est décrit plus haut : points sur la main, lever le doigt avec le crayon comme pour appeler le maître ou la maîtresse, fléchette. Ces étapes ne peuvent pas être sautées et doivent être renforcées en Grande Section.

Il est important de montrer à votre enfant que lorsqu'il écrit son poignet doit être posé et immobile et que seul son pouce dirige le crayon. Vous pouvez lui faire observer sa main et remarquer que la grosse bosse qui est dans la prolongation du pouce (et qui s'appelle l'éminence Thénar) est constituée de muscles. Ces muscles sont très costauds et dirigent son pouce. En faisant beaucoup travailler le pouce, qui est très fort, il se fatiguera beaucoup moins qu'en faisant travailler d'autres muscles plus fins. Lorsque votre enfant dessine ou colorie, vous pouvez également l'inciter à bien positionner son crayon et à ne bouger que le pouce pour le diriger.

Position de la feuille

Une fois le geste de la fléchette maîtrisé, et l'enfant capable de diriger le crayon en pliant et en tendant le pouce, il peut être intéressant de commencer à travailler avec un support papier. L'enfant prend une feuille de papier et vient la positionner dans le sens de son avant-bras. En effet, il ne faut pas que la feuille soit positionnée "tout droit" sur la table, c'est-à-dire en face des yeux de l'enfant (position pour lire) mais "droit pour le bras", c'est-à-dire légèrement inclinée par rapport à la table.

position lire écrire

Il ne s'agit pas de mettre le bras dans le sens du cahier, mais bien le cahier dans le sens du bras. La position doit être inversée, bien entendu, pour un élève gaucher, qui inclinera le cahier dans l'autre sens pour venir également le mettre dans le sens de son bras. Voici un petit pense-bête, que l'on peut utiliser avec les enfants :

réglette gaucher droitier

En s'installant pour écrire, l'enfant doit tout d'abord vérifier qu'il tient bien son crayon, puis installer son cahier pour qu'il soit parallèle à son avant-bras, puis tenir avec son autre main et vérifier que sa main qui écrit est sous la ligne d'écriture.

Pour aider l'enfant à percevoir le parallélisme entre le bras et le cahier, il est possible d'utiliser un système de colonnes : on demande à l'enfant de tourner sa feuille de manière à ce que son bras soit "dans la colonne". Ainsi, dans Mes cahiers d'écriture - Découverte (GS), de chez MDI, sont proposés des rabats qui permettent de visualiser la position de l'avant-bras facilement.

GS gaucher

GS droitier

 

Dans le cadre de la continuité pédagogique en temps de confinement, les éditions MDI proposent gratuitement, en téléchargement, les premières pages de ce cahier d'écriture. Si vous disposez d'une imprimante, vous pouvez les imprimer à partir de ce lien : Mes cahiers d'écriture GS - extrait. Si vous n'avez pas d'imprimante, vous pouvez facilement vous inspirer des pages en question. Il vous suffit de prendre une feuille A4, de la tenir dans le sens paysage, et de tracer à la règle quelques colonnes. Vous pouvez ensuite, d'un coup de feutre, attribuer une couleur à chaque colonne. A vous ensuite de dessiner les personnages ou les animaux en vous inspirant, si vous le souhaitez, des illustrations du cahier !

Les exercices à faire, une fois le bras dans la colonne,sont variés. Voici par exemple l'exercice des enclos, qui consiste à plier le pouce pour tracer un trait vertical descendant.

Linette bras

On voit ici que le cahier est incliné pour permettre à cette petite fille de bien positionner son bras dans la colonne.

Elle plie le pouce pour tracer les barreaux de chaque enclos.

Le tracé de la boucle

Une fois la tenue du crayon et la position de la feuille bien en place, on peut commencer à aborder le geste d'écriture proprement dit. La forme de base de notre écriture cursive étant la boucle, le plus efficace est de commencer par travailler sur le tracé de la boucle. Pour ce faire, il n'est pas du tout conseillé de montrer à votre enfant des boucles déjà tracées et de lui suggérer de les reproduire. Il serait alors en train de dessiner des boucles, au lieu d'apprendre de manière fluide le geste qui les trace.

Pour mieux comprendre, je vous conseille de regarder cette vidéo de Nathalie Madelaine, graphopédagogue, qui est à destination des enseignants, et qui montre comment mettre en place le geste de la boucle à partir d'exercices de motricité. Si vous n'avez pas autant d'espace qu'à l'école, rien ne vous empêche de reproduire l'exercice sur deux ou trois pas, dans votre couloir, avec un foulard ! Le mouvement part alors de l'épaule et tout le bras est entraîné. Attention : si votre enfant est gaucher, faire des pas chassés en démarrant avec le pied droit sera plus difficile pour lui. Il aura sûrement besoin d'aide - peut-être pourrez-vous lui tenir les épaules pour qu'il reste de profil, au début - pour trouver le bon geste.

Une fois le geste de la boucle bien perçu grâce aux grands mouvements, il est possible d'aborder son tracé avec les doigts. Avant toute chose, il faut là encore bien vérifier la tenue du crayon et la position de la feuille. Puis vous pouvez inciter votre enfant à tourner les doigts, toujours dans le sens antihoraire (on commence en bas et on tourne dans le sens de l'écriture, c'est-à-dire de gauche à droite), d'abord sur place, puis en avançant. Il obtiendra ainsi une sorte de pelote qui se déroule.

pelotes

Cet exercice, également tiré de Mes cahiers d'écriture - Découverte (GS), est tout à fait possible à reproduire en traçant quelques colonnes et en reproduisant le modèle. L'important est que l'enfant ne bouge que les doigts pour "dérouler la pelote".

 

S'entraîner sur des lignes

Au bout d’un moment, si « dérouler les pelotes » devient facile, on peut proposer aux enfants de tracer des boucles posées sur une ligne.

 

boucles sur ligne

 

Si par hasard vous avez chez vous un cahier à grands carreaux en format agrandi (où l'espace entre les interlignes est de 3 mm, soit moitié plus que le papier à grands carreaux ordinaire, où l'espace entre les interlignes est de 2 mm), il peut être envisagé ensuite de faire tracer des boucles à votre enfant dedans. Plutôt que de répéter des boucles à l'infini, il vaut mieux lui faire tracer des lots de 3 ou quatre boucles, puis glisser son poignet et recommencer un peu plus loin.

Lorsque votre enfant trace les boucles, vous pouvez chantonner quelque chose du genre de "tourn', tourn', tourn'", pour donner du rythme à son geste. Les boucles partent de la ligne et terminent en rebondissant souplement sur la ligne.

 

Apprendre les lettres

A partir de la boucle, on peut tracer plusieurs lettres de notre alphabet. La petite boucle est la lettre e, qu'il ne vaut mieux pas représenter avec une cassure en son centre, cassure qui risquerait de nuire à la fluidité de l'écriture par la suite.

 

e en bouclee apraxique

un e en simple boucle est préférable à un e "cassé", qui n'est pas tracé dans la continuité du geste.

 

A partir de cette lettre e, on peut obtenir la lettre l en étirant et repliant les doigts, c'est-à-dire en faisant le geste de la fléchette.

grandes boucles

Ensuite, en rendant la boucle plus étroite, on peut obtenir la pointe, qui est la forme de la lettre i. Deux pointes donneront la lettre u, une pointe plus grande (allongée par le geste de la fléchette) la lettre t.

 

C'est ainsi que vous pouvez amener votre enfant, en insistant sur le son que produit chacune des lettres, à écrire quelques mots simples : le tutu, télé, le lit...

tutu

Cet élève de GS, au mois de janvier, a écrit "le tutu" et dessiné une danseuse en tutu.
On voit qu'il s'arrête encore entre les lettres et que les proportions ne sont pas encore en place, mais le geste est bien acquis.
Il sait également quels sont les sons que font les lettres et quel mot il a écrit.

 

Il est important d'habituer votre enfant à écrire le mot en entier avant de tracer les points sur les i, les barres des t et les accents du mot. En effet, en levant son crayon à chacun de ces signes, il perd de la fluidité et ralentit son écriture.

Pour ceux d'entre vous dont les enfants sont prêts à aller plus loin et qui se sentent prêts à les accompagner dans l'apprentissage des autres lettres, les éditions MDI ont mis gratuitement en ligne le guide pédagogique - à l'origine destiné aux enseignants - du cahier de GS. Vous y trouverez des séquences entièrement décrites et une courte présentation de chaque lettre et de son tracé. Je vous conseille de faire les modèles à la main, en suivant le plus rigoureusement possible ce qui est proposé. En effet, un enfant de 5 ans 1/2 ou 6 ans ne fait pas facilement la différence entre l'accessoire et l'essentiel. Si vous tracez, par exemple, la lettre o avec votre écriture d'adulte, personnalisée, qui peut comporter un œilleton (bouclette), votre enfant sera tenté de dessiner une lettre qui imite la vôtre. Il est plutôt conseillé de tracer des lettres simplifiées, qui seront ainsi conformes aux programmes de l'Éducation nationale. Ce n'est que plus tard que votre enfant personnalisera son écriture.

 

alphabet

 

 

Pour les élèves de CP

Si votre enfant est au CP, il y a de grandes chances qu'il ait déjà appris à écrire l'ensemble des lettres de l'alphabet. Les méthodes divergent bien entendu d'un enseignant à l'autre, mais il semble que généralement la plupart des enseignants de CP fassent réviser l'écriture de l'alphabet plusieurs fois à leurs élèves.

Il peut être utile, toutefois, de revoir toutes les lettres durant la période du confinement, surtout si elle se prolonge au-delà des vacances de Pâques, pour ne pas risquer que votre enfant ne perde les bonnes habitudes qu'il vient d'acquérir.

 

Motricité fine

Il est très important que votre enfant puisse continuer à exercer ses doigts très régulièrement. Pour ce faire, vous pouvez mettre à profit tous les conseils donnés plus haut pour les enfants de maternelle : comme il est plus grand, votre enfant sera capable de plus de précision et réalisera certainement des "œuvres" plus précises que les enfants plus jeunes. Si vous avez plusieurs enfants, les travaux manuels sont une excellente occasion de proposer une activité multi-âge !

Aux activités listées ci-dessus - modelage, tissage, cuisine, perles, bataille de pouces, gym des doigts - on peut ajouter par exemple les jeux de ficelle, qui sont très à la mode en ce moment, et qui amuseront garçons comme filles en les aidant à mieux coordonner leurs doigts.

ficelle

Vous trouverez ici des exemples de jeux de doigts, proposés par Anne Pinter, enseignante et graphopédagogue.

Les pliages, ou origamis, sont également une excellente activité, qui permet de développer la précision manuelle, la coordination main-œil et la créativité. Vous trouverez sur internet de très nombreux modèles, qu'une simple feuille de papier coloré permettra de réaliser. On peut commencer très simplement par une salière ou une cocotte en papier avant de se lancer dans une grue qui bat des ailes !

 

Cahier à grands carreaux et stylo roller

A cette saison, votre enfant devrait avoir la maturité nécessaire pour pouvoir écrire dans un cahier Seyès (cahier à grands carreaux) ordinaire. Il n'est donc pas nécessaire de se mettre en quête d'un lignage spécial. Essayez, si vous le pouvez, d'utiliser un cahier avec du papier de bonne qualité (qui glisse bien) et un lignage bicolore, c'est-à-dire que la ligne est violette et les interlignes sont bleus. Ce n'est pas le cas de tous les cahiers Seyès et cela aide beaucoup les enfants à prendre les bons repères. A 6 ans 1/2 ou 7 ans, il est très déconseillé de choisir des cahiers grand format - A4 ou, pire, 24 x 32 cm - qui sont trop encombrants pour les jeunes enfants et les incitent donc à mal se positionner.

Pour écrire, votre enfant peut probablement commencer à abandonner le crayon à papier et à utiliser un stylo à encre. Les plus adaptés sont les stylos dits "roller", c'est-à-dire qui utilisent de l'encre liquide mais pas une plume. Mais si vous le sentez mal à l'aise ou crispé sur le stylo, mieux vaut revenir tranquillement au crayon à papier - dans l'idéal, triangulaire pour pouvoir poser un doigt sur chaque face du crayon.

Vous pouvez lire ici un article sur les outils à utiliser.

 

Progression et révision

Les progressions mises en place peuvent différer selon les classes, en fonction des méthodes choisies par les enseignants. En tant que parents, il n'est pas forcément facile de se mettre dans les bottes d'un enseignant et de suivre son enfant.

Si l'enseignant de votre enfant, dans le cadre de la continuité pédagogique, vous fait parvenir des exercices d'écriture de manière régulière et que votre enfant les fait sans difficulté, vous n'avez aucun besoin de ce qui va suivre. Mais il existe mille et une raisons pour lesquelles il peut être difficile de se raccrocher à la progression d'écriture de la classe. Pour ces cas-là, je vous propose une révision de l'ensemble des lettres de l'alphabet.

La progression en question est basée sur Mes cahiers d'écriture - Perfectionnement (CP-CE1), qui a été spécialement conçu pour la seconde partie de l'année de CP. Vous pouvez feuilleter l'intégralité du cahier sous forme de spécimen. Le guide pédagogique, conçu pour les enseignants, a été mis gracieusement en ligne par les éditions MDI dans le cadre de la continuité pédagogique.

Ce que vous pouvez faire, pour consolider l'apprentissage de l'écriture en lien avec la lecture, c'est prévoir chaque jour une quinzaine de minutes d'écriture avec votre enfant.

Les cinq premières minutes seront consacrées à de la gym des doigts, la vérification de la posture, de la tenue du crayon et de la position de la feuille. Il n'est pas toujours facile de bien installer son enfant à la maison - vérifiez qu'il est assis à la bonne hauteur et qu'il a les pieds posés à plat. Si la table est trop haute, vous pouvez le faire asseoir sur un rehausseur, mais dans ce cas n'oubliez pas de lui mettre un marchepied.

installation

Pour être à la bonne hauteur, cette élève a eu besoin d'un coussin et d'un marchepied.

 

Il est important que votre enfant ait les épaules de face par rapport à la table, pour pouvoir ensuite incliner correctement son cahier dans le sens de son avant-bras. Il n'est pas rare que la posture, même si elle a été apprise à l'école, se relâche à la maison, dans un contexte différent. N'hésitez pas à photographier votre enfant pour lui montrer sa propre posture ! Vous avez un avantage par rapport à son enseignant : vous n'avez pas 28 élèves en même temps, ce qui vous permet de passer plus de temps à cette mise en place.

Les cinq minutes suivantes seront occupées à réviser une ou plusieurs lettres, classées par familles de forme. Par exemple, les lettres i, u et t, qui sont constituées uniquement de pointes, peuvent être vues ensemble. Chaque lettre est écrite plusieurs fois pour elle-même, en faisant bien attention à la tenue du crayon et au geste des doigts. Puis elle est utilisée dans un ou plusieurs mots. Chaque mot est dit à voix haute, syllabe à syllabe, au fur et à mesure de son écriture, en synchronisant bien la parole avec le geste. Ainsi, la séance d'écriture consolide le lien avec la lecture. Pour que cette technique soit le plus efficace possible, il est recommandé de prononcer les e de fin de mot. Cette manière de faire est une aide puissante à la mémorisation de leur orthographe.

Les barres des t, points sur les i, accents doivent être tracés à la fin du mot, pour ne pas interrompre le geste.

iut

 

mots en e l i u t

Il y a ici sept mots à écrire. Selon la rapidité de l'enfant, on pourra choisir de n'en faire copier que deux ou trois,

en privilégiant toujours la qualité de la copie sur la quantité.

 

Les cinq dernières minutes seront consacrées, en alternance, à une dictée, un "copie et dessine" ou une phrase d'expression écrite. Pour ce dernier cas, il est conseillé de proposer à l'enfant d'écrire d'abord sur une ardoise ou un papier au brouillon, pour pouvoir corriger l'orthographe avant d'écrire sur son cahier.

 

Dans le cahier MDI sont également proposées des frises, que les enfants ont souvent grand plaisir à faire. Votre enfant peut par exemple choisir une frise en fin de semaine, pour "clore" le travail scolaire sur son cahier. C'est une jolie manière de consolider la tenue du crayon et de travailler la concentration ! Vous pouvez bien entendu en inventer d'autres ou inciter votre enfant à en inventer d'autres.

 

Vers l'expression écrite

En cette fin d'année de CP, votre enfant est en train de s'approprier le monde de l'écrit. Au-delà du geste d'écriture et de la tenue du crayon, il est important de lui donner des occasions d'utiliser l'écriture de manière utile. Il ne vient plus avec vous faire les courses puisque vous avez la chance de ne pas avoir besoin de l'emmener dans les magasins ? Suggérez-lui de vous aider à écrire une liste. Il est bien possible qu'il y ajoute "bonbon"... une occasion de lui faire remarquer que sans s à la fin, vous n'en achèterez qu'un ! Les grands jeux d'extérieur lui manquent ? Organisez, un jour sans classe, une chasse au trésor dans l'appartement, où des petits mots sont dissimulés à divers endroits, qu'il devra trouver grâce à des indices. A la fin, il devra remettre les mots en ordre et écrire la phrase pour gagner le "trésor". Ou bien puisqu'il n'est plus possible de voir les copains pour l'instant proposez-lui de leur écrire des lettres. Puisque la poste marche mal, vous vous serez mis d'accord au préalable avec les parents du correspondant pour scanner les lettres et vous les envoyer par mél...

Je suis sûre que vous trouverez de nombreuses autres idées permettant à votre enfant d'utiliser ses connaissances toutes neuves et d'en faire bon usage. Encouragez-le, félicitez-le, et surtout, ne vous inquiétez pas : à la rentrée du CE1, le maître ou la maîtresse, bien conscient de ce que ses élèves auront vécu une interruption scolaire anormalement longue, reprendra et consolidera tout cela !

 

Mise à jour du 2 mai 2020 : voici les liens vers des documents en PDF, mis à votre disposition par les éditions MDI, qui présentent les conseils à destination des parents d'élèves de GS et de CP. Vous pouvez les diffuser largement si vous le souhaitez.

 

Conseils "écriture" pour parents d'élèves de grande section

Conseils "écriture" pour parents d'élèves de cours préparatoire

 

1. Proverbe italien : "Qui va lentement, va sûrement et va loin."

 

Pin It